Remise des insignes de chevalier des Arts et Lettres à M. MAMEDOV

L’Ambassadeur de France, Stéphane CATTA, a remis les insignes de chevalier des Arts et Lettres à M. MAMEDOV.

JPEG

Le discours de M. l’Ambassadeur de France au Kirghizstan, Stéphane CATTA :

Mesdames et Messieurs,

Nous sommes réunis ce soir pour remettre à M. Georgy MAMEDOV les insignes de chevalier dans l’Ordres des Arts et des Lettres.

L’ordre des Arts et des Lettres récompense les personnes qui se sont distingués par leurs créations dans le domaine artistique ou littéraire, ou par la contribution qu’elles ont apportée au rayonnement des Arts et des lettres en France et dans le monde. Sa médaille est conférée par le Ministère français de la Culture et de la Communication.
Georgy Mamedov, vous êtes l’un des fondateurs, le directeur artistique et l’un des principaux animateurs de la STAB (School of Theory and Activism in Bichkek) qui tire ses origines du pavillon Asie Centrale à la 54e biennale de Venise en 2011 dont vous avez été l’un des curateurs. « La STAB se définit comme une initiative artistique et de recherche qui considère l’art comme un moyen de critique social », comme « un territoire de solidarité et de pratique de l’imagination radicale ».

Vous définir seulement comme critique d’art serait réducteur. C’est bien, à travers l’art, à la critique sociale que vous vous consacrez. Vous vous attaquez en particulier, à ce que vous nommez « la paralysie post-soviétique de l’imagination ».

Dans un manifeste de 2013, vous vous revendiquez du communisme « QUEER », terme que l’un peut traduire par « étrange » , « bizarre », « peu commun », souvent appliqué à des formes de sexualité que certains qualifieraient de « non-traditionnelles ».

William BURROVGHS en avait fait le titre d’un roman partiellement autobiographique, qui a mis près de 30 ans à pouvoir être publié. Le même BURROVGHS avait reçu la même décoration que vous ce soir en 1984 en France dans le cadre du « Printemps de Bourges ».

Ce communisme QUEER, c’est la revendication d’un communisme utopique, de la volonté d’une transgression des frontières de sexe mais aussi des frontières de toutes sortes qu’elles soient ethniques, raciales et nationales. Une radicalité en toutes choses qui imposerait un nouvel ordre du monde jusque dans la remise en cause de la matrice œdipienne.

Vous réhabilitez la notion d’art engagé à une époque où la notion « d’art pour l’art » semble l’avoir emporté. Pour vous l’art est d’abord un langage, il est d’abord un medium.

Le pavillon Asie Centrale a marqué la 54e biennale de Venise en 2011. Au Palazzo MALIPIERO, ce sont une douzaine d’artistes d’Asie Centrale, dont trois du Kirghizstan – Natalia ANDRIANOVA, Adil SEITALIEV et Marat RAIYMKULOV – qui ont été exposés. Cette exposition s’intitulait « LINGUA FRANCA », illustrant bien la conception de l’art comme vecteur d’universalité que le pavillon voulait présenter et que la STAB perpétue aujourd’hui. Elle fut ensuite présentée à Bichkek, augmentée d’un programme complémentaire autour de la langue russe comme « lingua franca » de l’Asie Centrale. Et STAB est née de cette initiative qui inscrit résolument l’art au sein de la Cité.

M. MAMEDOV, ce rôle de passeur de culture et de message, que la France veut honorer aujourd’hui en vous, vous l’aviez joué auparavant déjà en dirigeant de 2007 à 2009 à DOUCHANBE, le centre culturel BACTRIA auquel la France a délégué la fonction de « centre culturel français », entre autres vocations de cette institution majeure et centrale dans la vie intellectuelle du Tadjikistan, fondée par l’ONG française ACTED en 2001.

Ce soir, tous vos amis réunis ici illustrent l’ensemble de vos engagements = l’art, le renforcement de la société civile, les droits de l’Homme et des minorités, l’éducation, la société ouverte, l’imagination, la création…….

C’est devant eux, et pour tout ce que vous représentez pour eux, que je vais procéder à la remise de vos insignes de Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres.
« Monsieur Georgy MAMEDOV, au nom du Ministre de la Culture et de la Communication du Gouvernement de la République Française, je vous fais Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres ».

Dans sa réponse, M. MAMEDOV a tenu à remercier l’État français d’avoir apprécié ses réussites professionnelles, ainsi que ses collègues pour leurs engagements.

JPEG JPEG
JPEG JPEG
JPEG JPEG

Dernière modification : 06/04/2016

Haut de page